À vos fourchettes, prêt, mangé

À vos fourchettes, prêt, mangé - Etienne Duluth

Enfin de retour à la maison, après un long voyage d'affaires, je peux revenir me reposer chez moi. Le voyage de retour était le plus long, mais quand même, ce n'était pas si mal, j'y suis arrivé. Je ne peux attendre de savourer les bonnes recettes du pays. J'étais à l'autre bout du monde et la cuisine était très différente. C'était très délicieux, mais il n'y a rien de tel que de la bonne cuisine traditionnelle. Je m'impatiente d'aller visiter mon frère à son restaurant, sûrement beaucoup de choses ont changées après un an à l'extérieur du pays. Ça fait quatre ans que mon frère a ouvert son restaurant. Il s'en sort très bien, son restaurant est bondé à chaque dîner.

Quand mon frère a débuté en restauration, il a trouvé ça très dur. Au départ, son restaurant était vide. Pas beaucoup de gens y allaient. Il était parfaitement au courant que d'ouvrir un nouveau restaurant était une chose qui demandait beaucoup de ténacité et de discipline. Il a fallu qu'il crée les menus, les bannières, qu'il trouve un nom et aussi un slogan. Mon frère cuisinait beaucoup avant d'ouvrir son restaurant, la famille et les amis aimaient beaucoup la cuisine qu'il préparait, tout le monde lui suggérait de vendre ses recettes ou d'ouvrir un restaurant. Il s'est préparé quelques années avant d'ouvrir son restaurant, il perfectionnait ses recettes pour qu'elles soient délicieuses et pas trop chères. Il passait aussi beaucoup de temps à calculer le budget et à voir à ce que l'argent soit bien utilisé. Dans ce domaine, il avait beaucoup d'expérience, il avait oeuvré en gestion du patrimoine pendant plus de vingt ans, il savait donc bien gérer son argent. Il voulait offrir un menu totalement différent des autres restaurants aux alentours. Mon frère aime beaucoup la cuisine santé. Il aime beaucoup pratiquer différents sports, ça demande donc une bonne alimentation, il voulait partager le plaisir de manger santé, sans que les repas offerts soient juste des carottes et du poulet bouillis. Il avait offert un menu avec beaucoup de variantes, il cuisinait tous les types de viande et ses assiettes étaient remplies de bons légumes frais. Notre oncle est cultivateur et il le fournissait tous les jours, de légumes et fruits frais. Au départ, tout le monde parlait de son restaurant, mais les gens étaient effrayés d'essayer quelque chose de nouveau.

Quelques mois après l'ouverture, les gens allaient de plus en plus à son restaurant. Aujourd'hui, il est propriétaire de quatre restaurants qui offrent de délicieux repas santé pour un budget convenable.